0

50 ans de bibliothèque de rue, c’est parti pour un grand mois de rencontres!

Hélène, sérigraphe intrépide, est arrivée, poussant sa machine roulante.
Une bonne vingtaine de personnes, petites et grandes ont prêté la main.

Les couleurs n’ont pas franchi le cadre parfaitement préparé. Et les joues des nuages ont bien tenu la pluie, loin de nos têtes.
Les sérigraphies séchées, massicotées et enveloppées attendent leur adresse pour courir vers les boites à lettres. Nous continuerons demain.

0

Chic il pleut, cultivons-nous…

Quelques petites phrases cueillies dans la conférence d’Avignon sur le droit au savoir. Patrice Meyer Bich en est l’auteur.

Si quelqu’un nous touche,

soit pour vous frapper, soit pour vous caresser,

c’est en surface

et c’est aussi au cœur

Le terme culture recouvre

les valeurs,

les croyances,

les convictions,

les langues,

les savoirs,

les traditions,

les institutions,

les modes de vie

et les arts …

par lesquels une personne

ou un groupe

exprime son humanité;

et les significations

qu’il donne à son existence

et à son développement.


la culture est

le plus court
chemin

d’un homme à un autre

surtout quand

l’un est plus riche et l’autre est plus pauvre.


La culture,

c’est la façon

dont les gens        font attention

à eux même,

aux autres,

et au monde.

les droits culturels
touchent à l’ identité
–     non pas je suis différent des autres – mais
l’identité,
ce visage,
cette interface, cet inter-sujets,
là où les choses se passent,              non pas à l’extérieur de nous,
mais là où l’extérieur est                       à l’intime.
Là où dans notre tête, nous avons la langue commune.

La création,

c’est pas ex nihilo,

la création,

ce sont des savoirs qui se fécondent               mutuellement.


Notre langue, elle est superficielle,

elle est publique

et en même temps elle est intime.

C’est notre moyen de faire passer

de l’interne à l’externe, de s’exprimer,

de se laisser impressionner, imprimer


Un homme pauvre est un homme dont les capacités sont gaspillées.

La pauvreté est un manque de liberté.

La culture est belle,
libre,  intime
et aussi plurielle…
J’espère qu’on est tous créateurs 
à nos façons.


Si on a pas fait cette expérience des libertés culturelles,

c’est à dire de la réciprocité des savoirs,

d’une véritable communication,

alors on est pauvre.

0

Formation lecture à voix haute 2010

Bonjour toutes et tous, la formation lecture à haute voix sera mise en place avec Monique Hervouët de la Cie Banquet d’avril avec laquelle certaines d’entre vous ont déjà travaillé pour Un quartier au Musée. Première période: soit jeudis 27 mai et 3, 10, 17 juin. Seconde période : 7, 14, 21 octobre et une date en novembre 2010 Bien…
Continue reading »

0

Passages de livres 2010 au CIS

Passages de livres 2010 : La Direction du Développement Culturel organise pour la deuxième année « Passages de livres », manifestation qui fait suite à « Lire en fête ». Atelier de 14 développe une action spécifique en direction des publics fâchés avec la lecture à la demande du CCAS ( Centre Communal d’Action Sociale ) Cette année, « Passages…
Continue reading »

0

Développer le goût de lire ici et là-bas – Echanges croisés Nantes – Recife

Depuis 2003, les villes de Nantes et de Recife développent un accord de coopération décentralisée qui met en avant le partage d’objectifs essentiels : justice sociale, développement de la démocratie, participation des citoyens, défense des identités culturelles.

Dans cette perspective, Littérature et Lecture sont des thématiques qui relient les deux villes depuis quelques années déjà et 2009, année de la France au Brésil, a concrétisé des efforts nantais et recifense tant des pouvoirs publics que de la société civile pour une plus grande synergie en matière du développement de politiques publiques de Lecture.

Ainsi, ce projet se réfléchit au moment où une nouvelle convention triennale s’esquisse entre les deux villes. Il s’appuie sur l’expérience des acteurs engagés en 2009 et propose de nourrir les liens  ébauchés et de construire à partir des constats et des besoins observés et /ou formulés.

* * * * *

A Recife, la Bibliothèque Communautaire Caranguejo Tabaiares (BCCT) est désormais un acteur reconnu dans le dispositif de Lecture de la ville : la BCCT dynamise non seulement la vie du quartier mais aussi démontre sa capacité à développer des logiques de réseaux du local à l’international.  D’autre part, il est apparu que la présence nantaise (physique et virtuelle) dans le quartier de Caranguejo Tabaiares ouvre de nouveaux horizons pour les habitants et, au-delà, stimule fortement les promoteurs recifense du développement de la Lecture.

Réciproquement à Nantes,  nous percevons que le travail entrepris à la Bibliothèque de Rue de Malakoff en lien avec le Brésil permet d’attirer de nouveaux publics sur le quartier.  En outre, cet échange nous donne l’occasion de côtoyer d’autres acteurs nantais, associatifs ou non, qui, directement ou indirectement, se rapprochent ainsi des enjeux liés à la problématique de la Lecture.

* * * * *

Dans ce contexte, nous souhaitons poursuivre et approfondir le dialogue et l’entraide mutuelle entrepris entre les deux bibliothèques.  D’autre part, conscients du rôle joué pour le développement local, nous chercherons aussi à dynamiser les initiatives existantes et à fédérer de nouveaux acteurs pour, ensemble, contribuer au développement du goût de lire ici et là-bas.

En 2010  Il s’agirait d’accueillir une délégation de Recife et de mettre le Brésil à l’honneur en s’appuyant sur des associations déjà bien investies dans la coopération comme MACAIBA et KALZ A DUD mais aussi d’autres qui ont manifesté leur intérêt : les animateurs des différentes bibliothèques hors les murs à Nantes, le RERS, La Sagesse de L’image, le CID, etc… afin de proposer une large palette des possibilités offertes par la lecture (au sens large) en terme d’épanouissement personnel et collectif.  Afin d’aller plus loin, nous aimerions aussi pouvoir compter avec la Bibliothèque de la MANUFACTURE et des écoles/collèges du quartier.

0

L’histoire de la BCCT

Historique Le 02/10/2005, la BCCT a été inaugurée dans le quartier « Ilha do Retiro », avec un apport initial de 800 livres, donations de la Faculté des Sciences de l’Administration de l’Etat du Pernambouc (FCAP), de l’Association Culture Planète, et d’autres organisations comme Etapas, Centre Josué de Castro, FASE, l’Ecole Maria Goretti, incluant les habitants de…
Continue reading »